Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2007

Symptômes sectaires de l'UNADFI

ETES-VOUS DANS UNE SECTE ?

Nous avons fait ci-dessous une étude des « symptômes possibles » établis par l’UNADFI aboutissant au « diagnostic » du trouble ou d’appartenance sectaire.
Voici la liste complète de 14 symptômes publiée par l’UNADFI dans ses brochures d’information à l’attention, du grand public, des étudiants et des enfants scolarisés, extraite d’un document de l’UNADFI et qui est jointe en annexe :
« VOIR AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD

Symptômes :

-Modification du comportement, de la tenue vestimentaire, du vocabulaire, des centres d’intérêt,
-Citations répétitives et inhabituelles,
-Discours appris.... ou effet de magnétophone,
-Désinvestissement de la vie familiale, affective, professionnelle ou scolaire, des loisirs,
-Multiplication des réunions en semaine, le week-end ...,
-Déplacements en France ou à l’étranger,
-Nombreux appels téléphoniques,
-Courrier abondant,
-Long temps de lecture ou de méditation,
-Régime alimentaire,
-Changement d’accent (voix monocorde),
-Agressivité ou indifférence,
-Repli sur soi ou exaltation pour une cause nouvelle,
-Importantes dépenses financières : emprunts bancaires, tournée des grands-parents, des frères, sœurs, amis. »


Afin d’obtenir une lecture plus concrète et factuelle de cette grille, nous avons évalué le nombre de « symptômes » liés à des activités ou à des professions courantes :
Engagement dans une activité sportive de haut niveau : 10 symptômes sur 14
Création d’un groupe rock (ou autre) : 11 symptômes sur 14
Création d’une entreprise : 10 symptômes sur 14
Engagement dans la vie religieuse : 10 symptômes sur 14
Création d’une association humanitaire : 10 symptômes sur 14
Adhésion à un parti politique : 10 symptômes sur 14
Election dans un groupe politique : 12 symptômes sur 14

En fait, les personnes n’entreprenant pas de nouvelles activités ou peu engagées dans la vie sociale n’auraient que quelques symptômes (de 1 à 3).
Il ressort clairement de cette lecture que ce sont les activités créatrices, ou les caractéristiques des créatifs culturels qui sont qualifiées de symptômes sectaires par l’UNADFI.

Appliquer une telle grille est donc non seulement discriminatoire mais destructif pour les personnes créatives, voire pour la société en général.


caracteristiques_sectaires_unadfi.pdf

25/09/2007

L’ADFI et le Conseil Général d’Ile de France rétablissent les « listes noires » pour les médecines douces et le bien-être

Dans la Circulaire du 27 mai 2005 relative à la lutte contre les dérives sectaires (NOR : PRMX0508471C), le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin avait demandé l’arrêt de l’utilisation des «listes noires» de citoyens :
« L'expérience a montré qu'une démarche consistant, pour les pouvoirs publics, à qualifier de « secte » tel ou tel groupement et à fonder leur action sur cette seule qualification ne permettrait pas d'assurer efficacement cette conciliation et de fonder solidement en droit les initiatives prises. » […] « Le recours à des listes de groupements sera évité au profit de l’utilisation de faisceaux de critères. Je vous demande de procéder à cette mise à jour au plus tard pour le 31 décembre 2005. »

Selon un communiqué du Conseil Général d’Ile de France, l’ADFI semble avoir rétabli la bonne vieille pratique de ces « listes noires » et cela avec la bénédiction et les finances du Conseil Général d’Ile de France : « La Région lui [l’ADFI] octroie une subvention de 17.000 € par an durant trois ans pour mener à bien cette étude qui permettra de mieux connaître les pratiques de ces groupes et leur implantation en Île-de-France. Avec le concours d’un médecin et d’un psychologue, l’association devrait parvenir à lister une centaine de groupe par année de programme. »

10/09/2007

L'UNADFI condamnée ..... et subventionnée !

Quelques mouvements d'argent récents dans les caisses de l'UNADFI !


Conseil Régional d'Ile de France : le 14 août 2007 15:30

"Pour lutter contre les sectes, la Région soutient l'élaboration d'un recensement de groupes qui s'abritent derrière le paravent des médecines douces.
[...]
C'est le travail qu'entend mener en Île-de-France l'Association pour la défense des familles et de l'individu (ADFI) qui rencontre de plus en plus de personnes victimes de ces petits groupes.

La Région lui octroie une subvention de 17.000 euros par an durant trois ans ...